Fond%20gris_edited.jpg

Cordes Vocales

Injection de Toxine Botulique

Dr Marie Mailly Phoniatre

 

 

 

Avant d’être utilisée dans la médecine esthétique, la toxine botulique a été utilisée comme un médicament. En 1987, le Dr Alan Scott a injecté de la toxine botulique dans les muscles oculo-moteurs pour traiter le strabisme de l’enfant. Depuis, les indications thérapeutiques de la toxine botulique ne cessent de s’élargir.

Les indications dans lesquelles le Docteur Marie Mailly injecte de la toxine botulique sont : la dysphonie spasmodique (et autres dystonies laryngées), la dystonie oro-mandibulaire et linguale, le bruxisme et dysfonction de l’appareil manducateur, le spasme hémifacial, le blépharospasme, la dystonie cervicale, le bavage de l’adulte dû à une maladie neurologique, le tremblement, le syndrome de Frey, les douleurs cervicales post-radiques, les myoclonies du voile.

La toxine botulique doit être administrée exclusivement par des médecins possédant l’expérience de son utilisation. Les doses optimales, la fréquence et le nombre de sites d'injection doivent être définis par le médecin, individuellement pour chaque patient. La dose optimale doit être déterminée par augmentation progressive. Le Docteur Marie Mailly pratique les injections de toxine botulique sous contrôle électromyographique, échographique ou repérage anatomique simple. La fréquence des injections est, selon l’indication, entre 3 et 6 mois.

Les contre-indications aux injections de toxine botulique sont la grossesse, l’allaitement, l’infection du site d’injection, la myasthénie ou le syndrome de Lambert Eaton.

Les injections de toxine botulique doivent être réalisées avec précaution chez les patients sous traitement anticoagulant.

L’injection de toxine botulique dans certains muscles de la sphère ORL peut être pourvoyeuse d’effets indésirables transitoires. Ces effets peuvent être : une aphonie, des troubles de la mastication, de la déglutition, des fausses routes, une dyspnée…

Icône raccourci